Découpage (septième partie)

Publié le par Christophe MORISSET

Serein obéit. Il avait renoncé à comprendre et attendait patiemment que son patron veuille bien lui révéler le secret de son trouble du comportement récent.

— Vous avez des jumelles ? demanda Jeremy.

— Dans la boîte à gants. Vous avez un bouton spécial pour la vision de nuit.

Jeremy attrapa les optiques et enclencha la touche infra-rouge. Il regarda dans la direction du tracteur. Il le repéra vite et ce qu’il vit confirma son impression précédente. Il avait bien fait de le prendre en chasse. Il se dit aussi qu’il avait peut-être résolu l’énigme. Plus loin, il repéra le phare blanc. Ce dernier appartenait à un scooter de petite cylindrée chevauché par une jeune fille à priori, même si la longueur des cheveux ne voulait pas dire grand chose. Il revint en arrière. Moins de deux kilomètres séparaient les deux engins.

Même si on le prend en chasse maintenant, on arrivera trop tard, réfléchit Jeremy.

Il remarqua un chemin de terre partant en contre-bas et traçant une ligne droite jusqu’à la route. Il la rejoignait au  niveau d’un croisement rudimentaire à peine signalé.

— C’est notre dernière chance, murmura-t-il.

— Foncez, Serein et prenez ce chemin. Eteignez vos phares et à fond.

— Avec tout le respect que je vous dois, Inspecteur, nous allons nous tuer.

— Je me fous de votre respect, Serein. A fond !!

La voiture démarra dans un crissement de pneus et s’engagea un peu plus loin sur le chemin de terre, soulevant au passage un nuage de poussière.

 

 

Audrey était plongée dans ses pensées et n’avait aucune envie d’en sortir. Son regard fut pourtant attiré par le phare blanc. Elle se sentit presque rassurée par cette lumière. La nuit sombre l’inquiétait et cette lueur redonnait un aspect civilisé à la situation. Néanmoins, elle serra sur sa droite et ralentit un peu. Il lui tardait pourtant d’être devant chez Thomas. Elle se dit aussi qu’elle aurait du écouter sa mère. Et si elle avait un accident ? Toutes ces pensées contradictoires se bousculaient dans sa tête. Elle rajusta son casque et soupira.

 

 

Serein et Jeremy perdirent de vue le tracteur quelques instants. Le chemin traversait un bosquet et ils durent ralentir un peu pour éviter de percuter un arbre. Lorsqu’ils en sortirent, Jeremy reprit les jumelles et tenta de repérer le tracteur. Il eut un mal fou à fixer l’image tellement la voiture  sautait dans les ornières du chemin défoncé. Il alla en suite à la recherche du scooter et le trouva beaucoup trop vite à son goût. Les deux véhicules étaient maintenant très proches. Jeremy ne savait pas exactement ce qui allait se passer mais il se doutait que ce serait ignoble. Il jura encore une fois et demanda à Serein d’accélérer encore. Ce dernier s’évertuait à maintenir sa voiture sur le chemin et ne put accéder à la requête de son chef.

 

 

Audrey était  à moins de deux cents mètres du tracteur. Elle remarqua qu’il paraissait très imposant et se dit qu’il avait un phare en panne. Elle n’entendit pas le bruit, pas plus qu’elle ne vit la voiture de police fonçant vers eux depuis le chemin. Elle s’appliqua à rester soigneusement à droite, mordant même par moments le bas-côté de la route.

 

 

Jeremy avait laissé tomber sa retenue habituelle. Il gesticulait comme un forcené sur son siège passager, scrutant le chemin qui s’ouvrait devant eux. Il leur restait cent mètres à parcourir. Serein accéléra encore un peu et la voiture gémit de plus belle. Jeremy commença à y croire quand il aperçut le croisement. Son regard allait alternativement du scooter au tracteur et toute  personne le regardant à  cet instant l’aurait pris pour un épileptique en crise.

— Qu’est ce que je fais au carrefour, chef ? demanda Serein d’une voix blanche.

— Tu tourne à quatre-vingt dix degrés et tu fais face au tracteur.

Jeremy ne remarqua même pas qu’il avait tutoyé Serein pour la première fois.

—Mais il va nous écraser ? protesta l’adjoint.

— Fais ce que je te dis !!!

 

 

Audrey eut une sensation bizarre. Ce gros tracteur lui fit soudain très peur, surgissant dans la nuit tel un monstre d’acier. Elle se mit à trembler et dut presque s’arrêter pour ne pas tomber. En même temps, elle vit une voiture blanche sortir de nulle part et déboucher devant elle dans un vacarme assourdissant. Elle hurla de terreur et tomba dans le fossé. Cela lui sauva probablement la vie.

 

 

Serein tira le frein à main et donna un violent coup de volant sur la droite. La voiture se mit à pivoter et l’arrière vint se mettre à la hauteur de l’avant avant de se stabiliser brutalement dès que les pneus entrèrent en contact avec le bitume.

Tout se passa très vite…………………………………….

 

Et la chute alors ????

 

Rendez-vous sur les liens suivants pour commander L’Ivresse de Surface et découvrir ainsi la fin de « Découpage » et les 8 autres nouvelles.

 

http://monappstore.com/app?a=352210946

 

http://www.thebookedition.com/l-ivresse-de-surface-christophe-morisset-p-25597.html

 

 

Commenter cet article