Extrait de Synopsis (L'Ivresse de Surface)

Publié le

 

            Une brume épaisse recouvrait la ville, noyant les dernières lueurs du crépuscule à l’horizon. Une pluie fine et glaciale se mit à tomber sur la capitale. Paul Sheldon releva le col de son imperméable et accéléra le pas. Le trottoir humide luisait sous la lumière pâle des réverbères. La rue disparaissait petit à petit dans le brouillard et les quelques passants qui, comme lui, se hâtaient, semblaient sortir du néant. Tous les reliefs prenaient une allure fantomatique et donnaient à l’ensemble un aspect lugubre et inquiétant.

L’attention de Paul fut cependant attirée par un grincement désagréable au-dessus de sa tête. Levant les yeux, il découvrit une enseigne rouillée se balançant au gré du vent et gémissant à chaque rafale. Il eut du mal à déchiffrer les caractères à moitié effacés par le temps mais distingua les mots livres anciens et librairie, écrits en lettres gothiques. Il s’étonna de ne pas reconnaître la boutique. Cela faisait dix ans qu’il habitait ce quartier de Londres et pas une seule ruelle n’avait de secret pour lui. Il adorait les antiquités et les brocantes et passait une bonne partie de son temps libre à fouiner chez les bouquinistes. Comment pouvait-il ignorer l’existence de cette échoppe ?

Intrigué, il étudia la devanture du magasin. La vitrine poussiéreuse empêchait de voir l’intérieur. La porte d’entrée, partiellement vitrée, était dans le même état. La peinture s’écaillait par endroits et certains carreaux étaient sur le point de tomber. Paul se pencha en avant pour essayer de distinguer quelques détails mais en fut pour ses frais. Il passa la main sur les vitres mais ne put enlever la crasse qui les recouvrait. 

Il se redressa et regarda autour de lui. Il reconnaissait bien la rue et son architecture mais cette librairie ne lui disait rien du tout. Et au vu de la vétusté des lieux, elle était manifestement là depuis fort longtemps. Il observa à nouveau la grande porte, essayant d’en percer le mystère. Une pancarte accrochée par une chaînette indiquait que la boutique était ouverte. Paul hésita. Il était pressé de rentrer chez lui se mettre à l’abri, mais sa curiosité venait d’être aiguisée par cette découverte. La pluie se mit à redoubler d’intensité. Cela finit par le décider. Il tourna la poignée de la porte et entra dans la librairie.

Un carillon métallique résonna à ses oreilles, en même temps qu’une forte odeur de renfermé et de moisi emplit ses narines. Il resta quelques secondes immobile sur le pas de la porte, ne sachant que faire. Un mélange de curiosité et de crainte l’empêchait de choisir une solution. Une voix de crécelle mit un terme à son hésitation.

— Fermez la porte, il fait froid dehors !

Paul sursauta et obéit sur-le-champ, comme poussé par une force invisible. Il referma la porte, faisant retentir à nouveau la sonnette et chercha le propriétaire de la voix. La boutique était petite mais il y régnait un véritable capharnaüm. Une grande table en bois trônait au centre de la pièce, recouverte pêle-mêle d’un amoncellement de livres. Tout autour, de grandes étagères croulaient sous un nombre impressionnant de volumes. Au fond de la salle, enfin, se trouvait un comptoir en bois foncé derrière lequel se tenait un petit homme.

Paul faillit sourire en le voyant mais parvint à se retenir. Seule la tête semblait dépasser de la caisse-enregistreuse, lui donnant un aspect de robot désuet. Il avait une abondante chevelure grise frisée et portait de petites lunettes rondes derrière lesquelles brillaient deux yeux gris acier. Ce regard mit un terme définitif aux velléités de sourire de Paul. Il se sentit immédiatement transpercé par ces yeux inquisiteurs et baissa la tête.

— Bonsoir monsieur. Que puis-je pour vous ?

Publié dans Découverte

Commenter cet article

Jezabel Massy 06/11/2011 15:47


Cela donne envie de savoir la suite.


Christophe MORISSET 08/11/2011 01:38

Merci. Quand vous voulez, le livre est Dispo aux éditions EDDSTRAPONTINS. bonne lecture

Cabro 15/07/2010 14:35


J'ai vraiment aimé, à tel point que j'aimerais bien avoir le privilège de lire le reste.

En passant, avoir une aussi belle plume me plairaît assez.

Bonne continuation.

Cabro


Christophe MORISSET 15/07/2010 22:09



salut


merci beaucoup pour ton avis; ça me touche de savoir que mes écrits font des adeptes.


le livre est en vznte sur internet (lien sur la page d'accueil), dans les librairies de Pau (64) et sur l'appstore pour l'applicationi iphone.


bonne lecture



Christian Défi 19/04/2010 19:51


Très bien écrit. L'auteur sait donner du "corps" aux images et stimuler la curiosité du lecteur. Toutefois, il manque un résumé pour deviner le sujet du scénario...